Communier



L’Eucharistie est le cœur de la vie chrétienne. La participation à l’Eucharistie est donc essentielle pour un chrétien.

Ce sacrement peut se recevoir à tout âge.

Nous connaissons bien la préparation à la première communion pour les enfants du catéchisme. Mais des adultes déjà baptisés peuvent également s’y préparer. Il n’y a pas dans ce cas de démarche ni de durée spécifiques. Le temps et la préparation dépendent de celui qui fait cette démarche, en concertation avec l’accompagnateur.

alt

 

 

L’Eucharistie est faite pour être consommée c’est là une évidence ! A travers la communion, chaque chrétien est relié inséparablement, et à l’Eglise et au Christ. Recevoir la communion, c’est être en communion. Cette communion est « sacramentelle », « mystique », ô combien plus réelle et plus profonde que ce que chacun peut comprendre, réaliser ou « ressentir » jamais.

 

 

 

S’agissant des personnes divorcées ou divorcées remariées, l’Eglise invite les personnes à une réflexion, voire à une pratique particulière, quant à la démarche du sacrement de l’Eucharistie. Il est conseillé de s’entretenir personnellement avec le prêtre de la paroisse pour faire le point avec lui.

Aucune personne, dans tous les cas, ne saurait être exclue a priori ni de la vie paroissiale ni de sa pratique sacramentelle, et moins encore celles pour qui cette vie paroissiale contribue à un cheminement de reconstruction personnelle.

Une autre forme très ancienne, très belle et très souhaitable de démarche de communion est ce que l’on appelle le Viatique : il s’agit essentiellement de porter la communion aux personnes malades ou ne pouvant se déplacer à la messe. C’est d’ailleurs dans ce but, et dans ce but exclusivement, que l’Eglise a très tôt mis en place une réserve eucharistique. Il s’agissait de pouvoir à tout instant porter la communion à qui viendrait la solliciter. Noter paroisse honore tout particulièrement ce ministère avec le Service Evangélique des Malades (SEM).

 

RETOUR